Une expertise à partager

Le réseau de l’immobilier au Québec

Une industrie à rassembler

Présentation du projet l'immobilier en français

Présentation du projet

En tant que porte-parole de l’industrie immobilière québécoise, l’IDU Québec a pour mission de favoriser le développement économique du secteur immobilier, de défendre les intérêts communs de ses membres, d’assurer des politiques efficaces, d’amorcer et de maintenir de bonnes communications auprès des différentes instances gouvernementales et auprès de la communauté. Mise sur pied en 1987, l’association regroupe aujourd’hui près de 300 sociétés membres à travers le Québec.

Comme toute organisation relative aux secteurs des affaires, nos membres négocient, transigent, rédigent, échangent et participent à des activités reliées à leur fonction. En dépit des efforts de l’OQLF et de ses partenaires, auxquels nous avons adhéré en 2011-2012, une portion considérable des affaires s’exécute en anglais particulièrement dans la région montréalaise et particulièrement dans le centre-ville de Montréal. Bien qu’il soit inévitable qu’une autre langue que le français soit présente dans les grandes villes où la frontière de la langue est souvent inexistante pour les acteurs économiques, il faut permettre aux travailleurs du Québec d’avoir accès à une langue française de qualité.

Ainsi, après avoir développé une stratégie propre à l’industrie immobilière par le biais du Programme de soutien aux associations pour la promotion de la francisation dans les entreprises pour l’année 2010-2011 et qui s’est même prolongée jusqu’en mai 2012, nous nous sommes empressés de renouveler cette demande afin de poursuivre le travail amorcé dans l’amélioration de l’usage du français parlé et écrit auprès de nos membres, ciblant principalement les commerçants des artères principales et les entreprises de services professionnels du centre-ville. Selon nous, il serait naïf de prétendre que tout a été fait après seulement une année de sensibilisation. Nous avons la ferme conviction d’avoir déployé un plan d’action efficace et de qualité et nous poursuivons dans cette voie, dans l’espoir, peut-être, de voir apparaître sur le site de l’OQLF, à la Table des matières de la francisation une source d’information dans le secteur immobilier!

Voici les objectifs généraux que nous nous sommes fixés :

  • consolider la volonté d’utilisation du français dans les situations de travail, dans le service à la clientèle, dans l’affichage (responsabilité conjointe du locateur et du locataire);
  • persister dans nos efforts de sensibilisation auprès des membres de l’IDU à l’importance de faire des affaires en français dans la région métropolitaine de Montréal;
  • renforcer le sentiment de responsabilité partagée dans la francisation des affaires et de traiter avec leurs clients en immobilier à Montréal;
  • poursuivre la promotion de l’usage du français dans l’industrie immobilière au Québec, principalement dans la région métropolitaine de Montréal;
  • agir de manière proactive pour l’atteinte des cibles visées;
  • développer de nouveaux projets et outils.

Pour l’atteinte de nos objectifs, nous ferons la promotion des outils conçus dans le cadre de la première année du programme, créerons de nouveaux éléments et mettrons en place un programme pour valoriser les efforts de nos membres qui contribuent à l’effort collectif de faire du français la langue des affaires au Québec.

Le comité de francisation a été reconduit. Estimant qu’il est toujours nécessaire d’assurer une surveillance et de fournir un accompagnement dans le déploiement des efforts à fournir, le comité a pour mandat de repérer les opportunités, de faciliter l’atteinte des objectifs et de noter les mesurables découlant des efforts mis en place.

Informez-vous auprès de l’IDU!

De plus, l’Office québécois de la langue française a créé un programme de soutien à la francisation par les technologies de l’information et des communications. Ainsi, les entreprises ayant entre 11 et 49 employés peuvent bénéficier d’une aide financière notamment pour la francisation des technologies de l’information (http://www.oqlf.gouv.qc.ca/subventionTIC/subventionTIC.html).

Tout cela pour que le français devienne une langue d’affaires et de commerce en immobilier!