Dernières nouvelles

L'évolution du marché immobilier à Montréal suscite l'intérêt du gouvernement du Québec

Publié le : 27 novembre 2017

Dans la mise à jour du Plan économique du Québec, rendue publique la semaine dernière, le ministre des finances Carlos Leitão a indiqué qu'il allait apporter des changements législatifs afin de renforcer le suivi du marché résidentiel au Québec. 

 

Le Gouvernement s'exprime en ces termes: " Au Québec, le secteur résidentiel montre une accélération attribuable notamment à la bonne situation économique et à la situation financière favorable des ménages. Or, il existe un phénomène mondial où des acheteurs étrangers acquièrent des biens immobiliers pour des fins de spéculation. Certaines juridictions ont même légiféré afin de limiter cette spéculation.

Ce contexte amène le gouvernement du Québec à porter une attention particulière à la situation du marché immobilier au Québec. Ainsi, le gouvernement du Québec souhaite se donner les moyens afin d’assurer un suivi régulier et complet de l’évolution du marché résidentiel au Québec. À cette fin, il apportera les changements législatifs nécessaires au suivi des propriétés achetées et vendues par des investisseurs étrangers au Québec¹".

Toutefois, le Gouvernement affirme du même souffle que le marché demeure équilibré. À cet effet, il affirme que ce dernier n'est pas en surchauffe: " Un dynamisme est présent, attribuable notamment à la bonne situation économique et à la situation financière favorable des ménages.

  • La construction résidentielle neuve au Québec reflète une demande soutenue par la croissance économique vigoureuse et par la forte création d’emplois.
  • La hausse des reventes d’habitations contribue à maintenir le marché résidentiel dans une zone d’équilibre.
  • Par ailleurs, les logements au Québec demeurent abordables et l’augmentation des prix immobiliers est loin d’être comparable à celles observées en Ontario et dans l’ensemble du Canada.

Par conséquent, les informations disponibles ne font pas ressortir présentement la présence notable de phénomènes spéculatifs au Québec, qui nécessiteraient une intervention du gouvernement. Cependant, étant donné l’importance de ce secteur pour l’économie, le gouvernement du Québec continuera de suivre la situation de près²". 

Finalement, le Gouvernement du Québec affirme que la capacité des ménages québécois à acheter un logement est plus élevée que celle des ménages canadiens et des autres provinces. " En utilisant les données les plus récentes de l’Enquête canadienne sur le revenu de Statistique Canada, en 2015, le prix de vente moyen d’une propriété représentait :

  • 3,6 fois le revenu disponible des ménages5 au Québec;
  • 5,0 fois le revenu disponible des ménages au Canada et en Ontario et 7,1 fois le revenu disponible des ménages en Colombie-Britannique.

En 2016, la capacité des ménages québécois à acheter un logement est demeurée plus élevée que celle des ménages canadiens.

  • En effet, en 2016, le prix de vente moyen d’une propriété a crû de 2,9 % au Québec, alors qu’il a augmenté de 10,9 % au Canada, de 15,4 % en Ontario et de 8,6 % en Colombie-Britannique.
  • La même année, le revenu disponible des ménages6 québécois a connu une hausse de 3,5 %, alors que celui des ménages canadiens a augmenté de 2,2 %³".

 

1 Plan économique du Québec - Mise à jour de novembre 2017, Gouvernement du Québec, p. A.10 
http://www.finances.gouv.qc.ca/documents/Autres/fr/AUTFR_miseajourNov2017.pdf
2 Plan économique du Québec - Mise à jour de novembre 2017, Gouvernement du Québec, p. E.53  http://www.finances.gouv.qc.ca/documents/Autres/fr/AUTFR_miseajourNov2017.pdf
3 Plan économique du Québec - Mise à jour de novembre 2017, Gouvernement du Québec, p. E.56   http://www.finances.gouv.qc.ca/documents/Autres/fr/AUTFR_miseajourNov2017.pdf

 

Nos partenaires
PLATINE OR ARGENT
Ivanhoé Cadillac Fairview Avison
BRONZE MÉDIA
GDI Genatec Stikeman     
Magazine immo Espace Publications
Informateur Immobilier commercial Le Pied Carré